High and Dry

1977, l’année du choc des deux 7, révèle une vraie solidarité entre punks et rastas. Puis vient 1978 et une poignée de nouveaux artistes gavés d’influences reggae – la nourriture du temps – dont High and Dry sont les premiers émules strasbourgeois…

Éric T. Lurick

Sous ce nom emprunté à une chanson de l'album Aftermath des Rolling Stones se cachent en 1976 Pierre Schott (guitare et chant), Serge Nicola (guitare et chant), Jean-Jacques Schwartz (basse) et Christian Fougeron (batterie et chant).

Puis, de fil en aiguille, ils rencontrent Patrick Wolfer qui vient remplacer le bassiste ainsi que Philippe Marchat (piano, chant) qui se greffe au collectif pendant quelques temps. La formation reste ensuite stable jusqu’en 1981.

Sans prendre garde à la fuite et à l’usure des modes, High and Dry mise avec sincérité sur une approche tournée vers le passé et reprend les classiques de Creedence Clearwater Revival, des Kinks, des Beatles et bien évidemment des Rolling Stones.

La découverte de Bob Marley via Eric Clapton est une révélation. La vague rock/reggae estampillée new wave initiée par Elvis Costello, Joe Jackson ou The Police en est une autre. Sur la trace de ces modèles High and Dry va rapidement trouver sa voie musicale.

Étudiant à Paris, Pierre Schott en profite pour déposer des maquettes de candidature au Golf-Drout qui donne un avis favorable et leur permet de participer deux fois au célèbre tremplin qui a lieu tous les vendredi soirs.

Le 15 décembre 1978, ils remportent la deuxième place. Le magazine Best, dans sa rubrique Le rock d’ici, remarque leur maturité et mentionne une de leur compositions reggae (Eagles and Sparrows, nda) qui fait l’unanimité auprès du jury : High and Dry aurait mérité d’être classé premier ex-aequo.

Ils ont beau avoir 200 francs et un diplôme souvenir en poche, tout ceci n’aura pas la moindre conséquence à leur retour à Strasbourg. High and Dry ne fait partie d’aucune scène ni ne bénéficie d’une attention particulière.

À la séparation du groupe en 1981, deux de ses membres, après avoir eu le temps de mûrir une musique plus moderne et tournée vers le succès, redéfinissent leurs rôles au sein d’une équipe volontairement réduite. Ainsi sont nés les Drinks.

Photos

  • High and Dry
  • Christian Fougeron en concert avec High and Dry
  • Philippe Marchat en concert avec High and Dry
  • Christian Fougeron en concert avec High and Dry
  • Pierre Schott en concert avec High and Dry
  • Christian Fougeron en concert avec High and Dry
  • Patrick Wolfer en concert avec High and Dry
  • Pierre Schott en concert avec High and Dry
  • Christian Fougeron en concert avec High and Dry
  • High and Dry en concert à l'Amphi 7, Strasbourg
  • High and Dry en concert à l'Amphi 7, Strasbourg
  • Christian Fougeron en concert avec High and Dry à l'Amphi 7, Strasbourg
  • High and Dry en concert à l'Amphi 7, Strasbourg
  • Patrick Wolfer en concert avec High and Dry à l'Amphi 7, Strasbourg
  • Pierre Schott en concert avec High and Dry à l'Amphi 7, Strasbourg
  • Serge Nicola en concert avec High and Dry à l'Amphi 7, Strasbourg
  • High and Dry en concert au Golf-Drout à Paris
  • High and Dry en concert au Golf-Drout à Paris
  • Pierre Schott et Serge Nicola en concert avec High and Dry
  • Patrick Wolfer en concert avec High and Dry
  • Serge Nicola en concert avec High and Dry
La reproduction de ces images est interdite sans autorisation préalable.

Presse

  • Chronique du concert de Ness and the Nessies à Saint-Yrieix-la-Perche
La reproduction de ces images est interdite sans autorisation préalable.

Écrire un commentaire

Votre nom comporte au moins une lettre
Veuillez saisir une adresse email valide
Veuillez saisir une adresse internet valide
Vérification anti-spam