Groupes

Dorian Gray

Dorian Gray

L’écho que suscite les articles de Yves Adrien et Patrick Eudeline dès 1973 est bien réel et souligne en quelques principes simples une vérité perdue. Au moment même où ces manifestes fulgurants finissent par porter leurs fruits, Dorian Gray chante le rock électrique en se plaçant délibérément dans le sillage de ce dandysme rock…

Lire

'A' Bomb

Consécutivement à l’émergence du revival mod au Royaume-Uni, la culture moderniste s’affirme et s’installe également dans les rues françaises. En 1981, Wardour Street est situé, aussi, pourrait-on dire, dans le quartier de l’Esplanade…

Lire

Imposteurs

À travers la fugace explosion de 77, c’est le monde qui avait changé. Au delà de la musique, il faut se réinventer une approche des choses, une façon d’écrire l’histoire différemment. C’est un romantisme oublié que les Imposteurs pratiquent avant tout, avec ses valeurs ressurgies soudain de l’aube des sixties…

Lire

Alice et les Pickpockets

Au début des années 80, tout un courant se dessine, qui prend le rock avec distance tout en jouant avec ses clichés et retrouve le culte de l’éphémère. Telle est la conviction de ceux qui cherchent à meubler le vide de l’après-punk comme Alice et les Pickpockets qui avaient pourtant tout prévu : le nom, la pose moderniste, les photos et un casting presque complet…

Lire

Fizzy Scalps

Fizzy Scalps en concert à Niedernai

Au moment où apparaissent les premiers synthétiseurs bon marché, on se met à traduire musicalement le principe de l’ère post-punk : l’allégresse dans le désespoir. Ainsi naît la cold wave et dans son sillage les Fizzy Scalps…

Lire

High and Dry

1977, l’année du choc des deux 7, révèle une vraie solidarité entre punks et rastas. Puis vient 1978 et une poignée de nouveaux artistes gavés d’influences reggae – la nourriture du temps – dont High and Dry sont les premiers émules strasbourgeois…

Lire