Toxique

Toxique en concert à Bischeim en 1981

1980. L’année avait commencé sur un tempo de ska et se terminera au son des cuivres rhythm’n’blues. Mais rien depuis presque quatre ans n’a remplacé la furie et la rage punk. L’aventure 77 est déjà une légende pour une nouvelle génération qui se doit de trouver son langage…

Éric T. Lurick

Deux kids qui n'en sont bientôt plus, se refugient dans les slogans de l'internationale punk inscrits au pochoir sur leurs chemises en espérant se débarrasser du goût d’amertume qui leur vient de la vie quotidienne.

L’action étant encore le meilleur remède contre l’ennui et la grisaille qui les ronge, Gilles K-Davr Schmidt et Ronan Anti échafaudent Eau Non Potable peu après leur première rencontre. C’est leur groupe punk. Les badges, clament-ils avec défi, sont fournis par l’état parce qu’ils les arrachent dans les WC des trains.

Au début de 1981, Eau Non Potable devient Toxique (et non pas les Toxiques comme on les appelle souvent) avec l'ajout de Martine Loukoum Koeffel (chant) ; Philippe le chien Lehmann (synthétiseur) ; Florent (batterie).

Après deux mois de répétitions le groupe se retrouve sur la scène d’une petite salle au milieu des blocs de la cité Atome à Bischeim, dans la banlieue nord de Strasbourg, où toute une troupe se déplace le samedi 4 avril 1981.

Tout le Lion Rouge (le bistrot où se retrouvaient les punks, nda) était là ! C’était assez dingue. Surtout avec le Chien qui triturait ses manettes avec un son psyché/indus qui recouvrait tout par moment. Ce gars-là était véritablement frappé !

Claude Prat (les Imposteurs, ’A’ Bomb, les Incorruptibles, Africa Corps, Globe-Trotters, Visitors, Marauders)

Au centre des regards il y a Loukoum. Léopard moulé au corps, Spiky hair décoloré, voix rauque de féline. À la scène comme à la ville elle peut passer instantanément du ronronnement au coup de griffe. Impossible pour elle de passer inaperçue !

On y était allé avec Didier Poux et on avait surtout découvert Loukoum… On faisait des allers-retours pour acheter des bières pas loin, et il devait y avoir un fleuriste à côté parce qu’on a acheté une rose (une seule, y faut quand même pas déconner) pour elle. De retour dans la salle, Didier s’est senti con avec cette rose et à commencé à se dégonfler, alors j’ai ouvert une bière, j’ai mis la rose dedans, coincé le tout dans les mains de Didier et on est allé lui offrir ça pendant qu’elle chantait. On devait passer pour deux vrais crétins, mais on était assez contents de nous…

Raphaël Michot (les Blankets, les Horsex, les Civils, les Têtes Brûlées, les Buck Dany’s)

Toxique n’est pas vraiment rôdé mais compense largement en jouant la carte de l’énergie. Tout à fond ! Ils ont le son, l’attitude, et personne ne se doute encore que ce concert chaotique à plus d’un titre restera le seul qu’ils donneront.

Pour couronner le tout, Philippe avait des soucis avec son synthé et donc un bruit de fond pas possible ! A la fin, Didier Poux m’a dit que ça lui rappelait Metal Urbain ?! Il y avait beaucoup de monde et pas que des cools puisque ma basse avait disparu.

Ronan (Toxique, Snuff Movies, the Storm Boys)

A la suite de ce premier essai, Loukoum file vers d'autres horizons. Elle récidive avec ’A’ Bomb quelques jours plus tard et enregistre avec eux, le 28 avril, une de six titres. Florent, le batteur, plie également bagages.

Scheiße Stadt paru sur la compilation cassette Groupie en 1982

Septembre 1981 voit l’arrivée de Marcel à la batterie et surtout celle de Arnaud Renégat au chant, ce qui provoque une redistribution complète des rôles en juin 1982 : Arnaud Renégat (chant / guitare) ; Gilles K-Davr Schmidt (basse) ; Ronan Anti (batterie).

Les Dernières Nouvelles d’Alsace consacrent un article en pleine page à toute la troupe le 30 juin 1982 en mettant l’accent sur le phénomène de société plutôt que sur l’activité du groupe et posent cette question : les punks dérangent-ils encore ?

Nous comptions parmi les tous premiers Ronan et moi. Nous puisions tout ce que nous pouvions trouver depuis l’Angleterre, sans nul rapport avec ce qui existait en France, pour alimenter notre crise de pré ados. Quand nous avons décidé de commencer le groupe, je crois aussi que l’on s’est hâté un peu trop vite pour le choix des autres. Des mecs avec leur déguisements, mais sans aucune autre conviction que celle de devenir leader ou quelque chose comme çà, qui se sont plus ou moins servi du groupe pour voir leur bobine dans le journal, comme tremplin, et nous tourner le dos en nous ignorant par la suite. Après le bla-bla journalistique ou la pure malveillance dont on a fait l’objet, je crois surtout qu’on faisait peur. Une espèce de miroir. Quand tu déranges et que tu es jeune, on fait tout pour te faire disparaître.

Gilles Schmidt (Toxique, Wild Mammoth)

Au-delà de la merveilleuse et aveuglante rampe de spots sous laquelle gisent les illusions, avec ce que cela suppose d’âpreté et de découragement, la fin de Toxique au début de 1983 sonne aussi le glas d’une ingénuité, d’un élan de rebellion lié au rock depuis 1977.

Photos

  • Toxique en concert
  • Toxique en concert
  • Toxique
  • Bombage du groupe Toxique dans la rue des Rohan à Strasbourg
La reproduction de ces images est interdite sans autorisation préalable.

Presse

  • Article paru dans les Dernières Nouvelles d'Alsace le 30 juin 1982
  • Extrait du fanzine Groupie n°2 (mars 1982)
  • Extrait du fanzine Groupie n°3 (juin 1982)
  • Extrait du fanzine Groupie n°3 (juin 1982)
  • Extrait du fanzine Groupie n°5 (octobre 1982)
La reproduction de ces images est interdite sans autorisation préalable.

Affiches & Tracts

  • Affiche du concert de Toxique à Bischeim
La reproduction de ces images est interdite sans autorisation préalable.

Écrire un commentaire

Votre nom comporte au moins une lettre
Veuillez saisir une adresse email valide
Veuillez saisir une adresse internet valide
Vérification anti-spam